Les mesures de lutte pour les salons de coiffure : faire face au coronavirus

La crise du coronavirus (covid-19) prend de plus en plus d’ampleur dans le monde. Ce samedi 14 mars, la France atteint le stade 3 de la pandémie coronavirus et pour en faire face, le gouvernement français a interdit les rassemblements publics entraînant la fermeture de nombreux endroits en incluant tous les commerces indispensables, salons de coiffure, instituts de beauté et barbershops compris.

Avec l'incertitude actuelle entourant le coronavirus (COVID-19), il est tout à fait naturel que le gouvernement soit prudent en matière d'hygiène et de sécurité. Ceci est particulièrement répandu dans une industrie telle que la coiffure puisqu’une grande partie du service repose sur le toucher physique.

Dans une allocution télévisée, le 16 mars 2020 le président français Emmanuel Macron a annoncé qu'il 'suspendait toutes les réformes' car la France est désormais 'en guerre' contre le coronavirus. Les mesures visant à contenir le virus seront sévèrement contraignantes, les personnes étant obligées de rester à la maison pendant une période d'au moins quinze jours.

quarantaine coronavirus

Cependant, afin de compenser l’impact économique évident des fermetures, il a également annoncé que le gouvernement mettrait des aides à la disposition des entreprises afin qu'elle puisse survivre à cette période délicate. Le gel des prêts bancaires et le décalage des impôts font notamment partie de ce dispositif.

Il est donc important pour les propriétaires et gérants de salon de se tenir à jour avec des informations utiles provenant de sources fiables afin de connaître les mesures exceptionnelles pour leurs établissements.

Coronavirus : impact de la pandémie sur les propriétaires des salons de coiffure

Il s'agit d'un défi sans précédent auquel le monde est confronté. Nous avons besoin que chacun intensifie ses efforts et joue un rôle dans le ralentissement de la propagation du COVID-19 dans sa région. Nous comprenons que cela puisse causer des difficultés à certains et de la frustration à d’autres, mais il est impératif de faire ce qui est le mieux pour vous, vos familles, vos clients, vos collaborateurs...  

Il est impératif que les propriétaires de salon de coiffure tiennent compte des conseils officiels pendant que le coronavirus se propage. Cela, bien sûr, aura un impact considérable sur de nombreuses petites entreprises, et dans cette optique, le gouvernement a récemment annoncé qu'il accordera un allègement dans le paiement des cotisations, impôts…

coronavirus salon de coiffure fermé

Le gouvernement agit vite pour compenser la pression financière (couvrir le chômage partiel, les impôts...), en particulier pour les petites et moyennes entreprises telles que les salons de coiffure, qui constituent l'essentiel de l'activité économique, en accordant des allègements fiscaux, en allongeant les délais de paiement des impôts et en facilitant l'accès aux financements publics.  

Le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, a proposé cette semaine aux entreprises concernées un financement public pour payer les allocations du chômage partiel, ainsi que des conditions de crédit assouplies de BPI France.

«Pour les entrepreneurs, commerçants, artisans, un fonds de solidarité sera créé, abondé par l’État...» a annoncé le président de la République française, Emmanuel Macron le 16 mars 2020. Ainsi qu’une suspension des factures d’électricité, de gaz et des loyers pour les plus petites entreprises qui n’auront pas à débourser les impôts (excepté la TVA selon les dernières informations) et les cotisations sociales.

Cliquez ici afin de connaître les mesures de soutien et les contacts utiles pour vous accompagner.

Le gouvernement français promet 45 milliards d'euros d'aide aux petites entreprises touchées par ce confinement dû à la propagation du coronavirus.

Cela s'ajoute aux allègements fiscaux et au «fonds de solidarité» pour les petites entreprises en difficulté : 1500 euros versés par le Fonds de solidarité pour les indépendants dont le chiffre d’affaires baisse de plus de 70% (encore à confirmer, car les informations du gouvernement ne précisent pas officiellement les critères pour en bénéficier, ni s'il s'agira d'un versement unique). Cela s’ajoute aussi aux dizaines de milliards déjà promis aux salariés français contraints de cesser de travailler en raison de fermetures des magasins, des salons de coiffure, des instituts de beauté... et des nouvelles mesures strictes de confinement.

Impact du coronavirus sur les employés

Si vous présentez des symptômes, peu importe leur intensité, vous aurez droit à une indemnité légale de maladie à partir du premier jour de votre auto-isolement et vous n'avez pas besoin de preuves pour cela.

Si vous ne présentez aucun symptôme, sachez que le gouvernement français a permis aux employeurs d'accélérer les procédures pour faciliter le chômage partiel lors de la pandémie de coronavirus (COVID-19) et a légèrement augmenté l'allocation horaire de travail.  

Afin de faire face à une détérioration rapide de la situation économique due à la pandémie, de nombreux salons de coiffure ont eu recours au chômage partiel. Le chômage partiel (ou chômage technique) d'une entreprise consiste à fermer temporairement l’établissement ou diminuer le temps de travail, tout en assurant à ces derniers le versement d’un salaire qui correspond à 70% de la rémunération brute, soit 84% du salaire net et 100% pour les salariés au SMIC (dans le cas classique).  

Compte tenu de la situation actuelle, le gouvernement français a partagé son intention de faciliter les conditions de recours à ce système. En cas de recours au chômage partiel, les salariés touchés par une perte de salaire doivent être indemnisés par une indemnité versée par l'employeur.

En retour, l'employeur reçoit une allocation de l'État correspondant aux soi-disant «heures de congé».  

Conformément aux dispositions de l'article R. 5122-2 du code du travail, l'employeur doit, avant de commencer le chômage partiel, adresser une demande préalable d'autorisation de chômage partiel auprès du référent unique de la DIRECCTE de votre région.

Cette demande peut être faite en ligne.

La DIRECCTE doit normalement notifier sa décision à l'employeur dans les 15 jours qui suivent la demande. Cependant, le ministre français du Travail a récemment annoncé que ses services étaient actuellement mobilisés pour réduire le temps de réponse à 48 heures malgré la récente augmentation des demandes.

En l'absence de réponse dans un délai de 48 heures, l'autorisation est réputée accordée et la progression de l'application peut également être suivie en ligne.  

Le président de la République française a néanmoins annoncé le 12 mars 2020 que le dispositif mis en place dans le cadre du coronavirus pourrait aller plus que ce que prévoient les textes de loi et que l'indemnité pourrait couvrir l'intégralité de l'allocation horaire versée au salarié. Il a promis de nombreuses mesures de soutien économique aux entreprises, lors d’une allocution télévisée, le 16 mars 2020 “ aucune entreprise ne sera livrée au risque de la faillite…nous mettons en place un dispositif exceptionnel de report de charges fiscales et sociales, de soutien au report d’échéance bancaire et de garantie de l’État… afin que personne ne soit laissé sans ressource, pour les salariés, le dispositif de chômage partiel sera massivement élargi”

Afin de vous présenter les mesures du gouvernement pour la sauvegarde de vos établissements et de répondre en live à toutes vos questions, Wavy a organisé pour l'ensemble de nos clients un Webinar gratuit avec un Avocat. Cliquez sur le lien ci-dessous pour vous inscrire.

Je m'inscris gratuitement au Webinar

Si vous avez des interrogations relatives au Covid-19, n'hésitez pas à regarder le replay du Webinar dans lequel Dr Lebeau a répondu à toutes les questions des participants. On tient à le remercier chaleureusement pour le temps qu'il nous a consacré et ses explications claires et détaillées.  

Pour résumer, ci-dessous la liste des mesures prises en guise de prévention contre le Covid-19 :

  • Les entreprises bénéficieront d’avantages visant à les aider à traverser la crise, notamment un ajournement des impôts, des charges sociales, le remboursement des emprunts bancaires, le paiement des factures d’électricité, d’eau, de gaz et des loyers.
  • Les salariés bénéficieront d’un régime étendu d’indemnisation des pénuries de travail.
  • Les indépendants bénéficieront d’un “fonds de solidarité” financé par l'État : une compensation de 1500€ pour ceux qui ont perdu 70% ou plus de leur chiffre d’affaires.

Plus de détails en suivant sur le site de la BPI

Coronavirus : ne prenez conseil que de sources fiables

Avant d'aller plus loin, la chose importante à retenir est 'ne paniquez pas !' L'Organisation Mondiale de la Santé déclare : « La COVID-19 est généralement bénigne, en particulier chez l’enfant et le jeune adulte. »

Bien sûr, certaines personnes seront plus à risque. Comme les personnes âgées, les personnes qui souffrent de graves problèmes de santé : les maladies cardiaques, le diabète ou les maladies pulmonaires.  

Il y a beaucoup de désinformation et d’intox par rapport à cette pandémie, alors ne vous y trompez pas. L'Organisation Mondiale de la Santé est une excellente ressource pour des conseils et des informations.

Coronavirus : les gestes simples pour préserver votre santé et celle de votre entourage

Lavez-vous les mains régulièrement pendant au moins 20 secondes et utilisez le gel hydroalcoolique pour vous protéger et protéger votre entourage. Cliquez ici pour consulter les indications de l’hygiène des mains, selon l’OMS.

coronavirus laver les mains

Suivez aussi une bonne étiquette pour la toux et les éternuements, pour protéger les gens qui vous entourent.

Couvrez votre bouche et votre nez avec votre coude ou un mouchoir lorsque vous toussez ou éternuez empêche la propagation des gouttelettes. Ces gouttelettes sont le principal moyen de propagation du coronavirus (Covid-19). Vous devez ensuite jeter immédiatement le mouchoir utilisé et vous laver soigneusement les mains. Enfin évitez les rassemblements et limiter vos déplacements.  

La clé n'est pas de paniquer mais d'être informé, de suivre les faits et de pouvoir réagir autour de cette situation.  

Même en temps de crise, on peut voir de la beauté. Celle de la solidarité entre des concitoyens dans de nombreux pays . La beauté des moments passés en famille à rire et à se raconter des anecdotes. Ce qui importe c’est notre santé, celle qu’on néglige et prenons souvent pour acquise. Alors oui, il ne faut pas négliger notre situation, nous passons et allons encore passer par des moments difficiles, et il faudra faire beaucoup de sacrifice pour assurer notre sécurité et celle des autres mais soyons optimiste et surtout voyons les belles choses de la vie. Rien n’est jamais tout blanc ou tout noir. Prenez soin de vous ❤️

Ecrit par
Farah
Intéressée depuis toujours par la beauté et la coiffure, je suis Content Manager chez Wavy. Je suis ravie de pouvoir aujourd'hui partager avec vous mes découvertes sur ce secteur.

Da consultare anche